La CIA dans les nuages

Lors d’une conférence d’Amazon Web Services à Washington qui s’est déroulé il y a quelques jours, Gus Hunt, directeur du département technologies de la Cia, a déclaré que le Cloud Computing peut être plus sûr que la traditionnelle approche client-serveur que l’on connait tous. La capacité à supprimer et déployer tous les logiciels à partir…

Lors d’une conférence d’Amazon Web Services à Washington qui s’est déroulé il y a quelques jours, Gus Hunt, directeur du département technologies de la Cia, a déclaré que le Cloud Computing peut être plus sûr que la traditionnelle approche client-serveur que l’on connait tous.

La capacité à supprimer et déployer tous les logiciels à partir d’un serveur  et de tout redémarrer sur un autre fait qu’il est difficile pour les adversaires de mener des attaques réussies.

Hunt a annoncé que la CIA souhaite commencer à utiliser cette approche dans un avenir proche et de déplacer les données non confidentielles vers le Cloud public et mettre ses données sensibles sur un domaine privé. Dans un environnement Cloud, les organismes peuvent s’assurer que les informations sont en sécurité en utilisant de bout en bout des outils tels que le chiffrement pour protéger les systèmes et les données.

Khawaja Shams, architecte des applications au laboratoire Jet Propulsion de la NASA (JPL) parle de Cloud Security dont l’un des piliers réside en la confiance d’un tiers. Bien que son équipe reste responsable de la sécurité des systèmes d’exploitation, des systèmes de fichiers et d’applications, sont fournisseurs de service (Amazon) reste responsable de tout jusqu’à l’hyperviseur ou un gestionnaire de machine virtuelle et doit s’assurer qu’il n’y a pas de contre-attaques vers l’hyperviseur et que ses clients accèdent uniquement à leur données. Il est plus facile de sécuriser un seul point de manière forte plutôt que d’avoir des systèmes et  réseaux éparpillés et dont on n’est pas sûr de la bonne configuration.

La volonté de se tourner vers le Cloud Computing est appuyé par l’objectif de sauver 3 milliards de dollars en 5 ans en fermant environs 40% des data-centers gouvernementaux.

React